vendredi 27 novembre 2015

Aujourd'hui, les poètes ont la responsabilité politique du verbe, et de le porter haut. Mais dans quelle langue? Elle doit être universelle. Si tout le monde comprend un peu d'anglais, alors... Il faut relire Shakespeare, relire Macbeth qui a su d'aussi près cerner la pulsion du meurtre et du chaos. Où prendrons nous la force d'accueillir les meurtriers à l'heure de leur retour dans la société des hommes si ce n'est dans la parole des poètes? Char, Hugo...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire