lundi 23 novembre 2015

Ecole de la deuxième chance ce matin, mardi 17 novembre 2015, zone d'activité du bois de l'épine sur la commune d'Evry à deux pas de Ris Orangis; nous avons travaillé avec le groupe 69 de 9h15 à 10h45. Le travail a porté sur l'entretien et ce que l'on perçoit de nos défauts et de nos qualités en entretien. C'était un travail en binôme. Chaque binôme prenait un temps privatif pour échanger sur le parcours et le projet professionnel de chacun. Et chaque membre venait passer avec l'identité de l'autre un entretien devant tout le groupe réuni comme une assemblée de recruteurs.
Tout le monde a joué le jeu et notamment le jeu physique de se mettre à la place de l'autre; certains traits se sont révélés. Celle qui parlait un français peu sûr s'est mis à un français quasi fluide dans le plaisir du jeu. Cette autre d'un seul coup s'est tenue physiquement, surmontant une tendance à se laisser aller...
Puis avec le groupe 71, de 11h à 12h30, nous avons tenté d'accepter et de faire accepter. Nous nous sommes confrontés au plaisir de dire oui; cela demande des efforts, nous les avons faits: effort de se plier à des règles dont on a peine à accorder des vertus, effort d'inventer des langages communs... puis nous avons interrompu la séance afin d'observer avec toutes les personnes présentes dans l'établissement la minute de silence en hommage aux victimes des attentats du 13 novembre. Le président de l'école de la Deuxième chance de l'Essonne a tenu un discours fort, émouvant et responsable. Tout le monde l'a écouté avec un immense respect et une ferveur sensible. Sentiment et raison, chair et esprit, tout était là. Il opposait le désir de construction qui fonde les écoles de la deuxième chance et l'aspiration qui motive les jeunes à y venir au goût de la destruction, du chaos et de la mort qui anime les terroristes et ceux qui les arment.
Puis nous sommes retournés dans la salle et nous avons rapidement parlé de nos valeurs communes. Nous avons travaillé à dire oui, deux personnes se rencontrent et chacun doit accepter les propositions faites par l'autre: comment construit-on?
De retour au bureau, la décision de créer un blog est prise: le voici commencé.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire