jeudi 3 décembre 2015

...Baudelaire...
Le rendez-vous a été fixé avec la comédienne le 19 novembre devant la boutique Yves Rocher de la gare Saint Lazare. Nous nous connaissions mais ne nous étions pas revu depuis quelques années. C'est elle qui a fixé le lieu de rendez-vous, sa ligne de train l'amène directement à la gare; elle habite maintenant Pontoise, la dernière fois elle habitait Longjumeau. Elle est passée une première fois de dos devant la boutique, tout de suite reconnaissable avec son manteau coloré, son port de tête si singulier, puis s'est retournée et nous nous sommes reconnus. Elle devait profiter de son passage par Paris pour rendre des guirlandes lumineuses à une amie qui est arrivée dans la foulée. Puis nous nous sommes retrouvés tous les deux attablés devant un thé à une enseigne populaire à coté de la gare. Elle a lu le texte et parle de ses prévenances quant à la morale finale: elle pense qu'il faut une note finale positive, plus positive que celle que laisse entendre le texte. Elle connait bien la problématique des sans domicile et veut participer à un projet délivrant un message d'espoir à leur endroit. C'est possible, par la mise en scène, par la conviction des acteurs, par le travail, et sans couper le texte. C'est même possible en gardant l'image finale apparue ces derniers temps d'un amas de sacs plastiques emporté par le vent sur lequel est projetée une vague, un océan, une tempête, une grève marine... Oui elle peut-être une assistante sociale, une artiste en résidence parfaite.
Le lendemain samedi 20 novembre nous nous retrouvons chez Emmanuel Dupuis, l'auteur, et Cécile Moatti, la productrice avec Gad Cohen, décorateur-scénographe, et Lucie Marquis, costumière. Cela fait petite équipe, noyau dur qui se réunit pour la première fois. Gad présente le travail réalisé en conception, ses idées de photomaton, comment nous allons travailler avec la classe...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire